La plus grande forteresse d'artillerie de Stachelberg en Bohême

Le fort d'artillerie Stachelberg (utilisé également sous le nom tchèque Ježová hora) a été construit dans les années 1937 et 1938 dans le cadre de la fortification permanente tchécoslovaque. Il est situé à l'extrémité orientale des Monts des Géants (632 Hřebínek), à proximité de la forêt de Rýchory au-dessus de Babí, entre Trutnov et Žacléř. Sa tâche consistait à protéger la selle Libavské, la porte d'entrée entre l'arête des monts des Géants et celle du Corbeau, utilisée autrefois par les armées pour des invasions en République tchèque et vice-versa. lors de promenades gracieuses en Silésie. La forteresse n'a pas été achevée dans la construction et c'est aujourd'hui un musée d'histoire militaire.

Une étude du terrain sur ce site avant la projection finale et la construction a été réalisée en février 1935. Trois variantes ont été considérées: Baba (673m), Vrchy (716m) et Stachelberg / 632, qui a finalement été sélectionnée.

Lors de la sélection d'un site, les positions les plus avantageuses des troncs de forteresses individuels ont été prises en compte et des études alternatives à caractère militaire ont été développées. Stachelberg devient ainsi le douzième objet stratégique de la défense de l'OderMontagnes et a été projeté comme la plus grande place forte d'artillerie tchécoslovaque.

La forteresse a été conçue comme des cabanes en rondins 11 reliées entre elles par des couloirs souterrains et complétées par une terrasse d'observation d'artillerie séparée.

Des cabanes en rondins d'infanterie avec 71, S 72, S 73 et S 74 ont été définies dans l'axe de la ligne défensive en tant que groupe défensif avant pour les autres camps de la forteresse. Sur le flanc gauche (nord), la ligne était sécurisée avec des cabanes isolées isolées en rondins de bois d'infanterie 81a, S 81b et S 82, et sur le flanc droit (sud) avec des cabanes rondins d'infanterie isolées de 69 et S 70. Pour les tours d'artillerie situées dans les cabanes en rondins S 75 et S 76, les élévations des ailes droite et gauche du fort ont été sélectionnées. Sur le côté éloigné de la crête (sud-ouest), deux cabines en rondins d’artillerie 77 / S 78 et deux rondins de mortier 79 / S 80 ont été conçus. La dernière cabine, qui fait partie du sous-sol de la forteresse, est le bâtiment d’entrée S 80a.

Une partie de la forteresse devait être une cabine avec 76a - un point d'observation d'artillerie isolé à 674m - Baba pour l'observation du champ de bataille et le contrôle des tirs. Étant donné que le point d'observation était situé à l'extérieur du centre de la forteresse et à une plus grande distance des cabanes en rondins les plus proches, S 71 et S 76, il n'était pas connecté au métro en raison du coût élevé de la conduite du couloir de liaison.

Depuis janvier, 1938 a officiellement commencé à utiliser le nom Ježová hora, mais l'objet est connu sous l'abondant nom Stachelberg, qui est également le nom officiel du musée ou le nom utilisé localement, Babí.

La construction de la forteresse a été lancée à l'automne par 1937 par Ing. Zdenko Kruliš et Konstruktiva, as - Prague. Le bâtiment devait être achevé à l'automne de 1939. Les ouvriers de 1 500 travaillaient sans interruption sur trois quarts de travail dans la forteresse. En un an de travaux de construction, tous les couloirs, halls, entrepôts et locaux de la centrale et autres installations techniques ont été détruits, mais seules certaines parties du sous-sol ont été bétonnées (environ 10% au total). Tous les matériaux excavés ont été utilisés pour aménager la surface de la forteresse afin d’aligner la rugosité du terrain, les débris et les dépressions. Ainsi, la surface de la forteresse deviendrait une zone post-shootable facile à lire qui ne permettrait pas aux assaillants de se cacher.

Après l'achèvement, le fort devait être armé avec un total de dix obusiers 100mm vz. 38 avec portée 12 et vitesse de tir jusqu’à X tours / min, huit canons antichar 20cm vz. 4,7 avec plage de km 36 et cadence d'allumage 6; en outre, plusieurs dizaines de mitrailleuses lourdes et légères pour défendre les alentours les plus proches de la surface de la forteresse.

L'équipage des hommes de 778 (officiers de 46, sous-officiers de 15, hommes de 717) était prévu pour le fort; avec eux, des hommes de 240 devaient être logés sous terre - deux compagnies d'infanterie - pour se battre à la surface de la forteresse. La forteresse aurait dû résister à l'ennemi pendant deux mois au maximum en cas d'encerclement complet et de gestion de combat permanente; les stocks de munitions, de nourriture, de carburant et d’autres équipements ont été calculés pendant si longtemps.

Tous les travaux de construction de la forteresse ont pris fin le 23. Septembre 1938, au moment de l'annonce de la mobilisation générale de l'armée tchécoslovaque. La forteresse, bien que non achevée, était occupée par des soldats 17. Régiment frontalier de Trutnov, armé et prêt à se défendre. Cependant, il était loin de remplir les tâches et les exigences des plans initiaux.

La garnison de la forteresse a pris part à de petites rencontres armées avec des membres des Freikorps allemands des Sudètes venus de Liebau (aujourd'hui Lubawka en Pologne) en Tchécoslovaquie. Cependant, il n’ya pas eu de véritable déploiement d’objets de fortification au combat.

29. Septembre 1938 à Munich a signé l’accord de Munich, qui attribue les zones frontalières de la Tchécoslovaquie, y compris Trutnov, le Troisième Reich allemand. Toutes les armes, équipements et équipements, machines et matériaux de construction ont été pris de la forteresse. Tout ce qui ne pouvait pas être évacué a été détruit. Lors du dégagement du sous-sol, les ingénieurs ont effectué plusieurs explosions, qui ont ensuite dérivé à travers les allées menant au système de surface et de drainage de la forteresse. Grâce aux riches sources souterraines, le sous-sol s'est rempli d'eau en quelques jours, empêchant l'accès à l'intérieur de la forteresse jusqu'à 2000.

Les membres de 8 ont été les premiers à entrer sur le territoire tchécoslovaque. régiment III. Division d'infanterie de la Wehrmacht, forteresse spécifiquement 9. Compagnie de ce régiment. Étant donné que la forteresse était inachevée, que le sous-sol était inondé et qu'il y avait plusieurs colonies et villages à proximité, les Allemands n'étaient pas intéressés par le test des armes, des unités d'entraînement ou leur utilisation. Elle a donc été abandonnée pendant toute la guerre. En l'an 1945, les bâtiments situés dans la zone de la forteresse étaient prêts à se défendre contre la progression de l'Armée rouge, mais aucune bataille ne s'y livrait.

Plusieurs années après la guerre, l'utilisation militaire était encore à l'étude de 50. Cependant, cette idée a été abandonnée pendant des années, tout comme la forteresse de Stachelberg. Le seul objet TS 73 terminé était dans 80. ans comme installation de stockage de produits chimiques (arédine), qui a été évacuée du bâtiment en 1990.

Depuis 1993, la forteresse est dotée d’un musée de la fortification tchécoslovaque en expansion constante. La dernière extension de l'exposition a eu lieu au printemps de 2010, lorsque toutes les casernes souterraines ont été ouvertes. La visite spatiale souterraine a été prolongée à 1 une heure.

Le musée était exploité par la coopérative Fortis basée à Trutnov. Depuis 2005, l'association civique Stachelberg (depuis que 2015 a été rebaptisée Stachelberg, zs), l'organisation qui a succédé à Fortis, a repris la forteresse. Tous les membres de l’association partagent un enthousiasme et un intérêt communs pour l’histoire des fortifications tchécoslovaques. La forteresse est restaurée dans son état d'origine pendant son temps libre et sans aucune rémunération, le musée n'a pas de personnel rémunéré et tous les travaux de reconstruction sont payés presque exclusivement à partir du prix d'entrée.

Le bâtiment TS 73, où se trouve l'essentiel de l'exposition, est en train d'être reconstruit progressivement et constitue désormais l'unique accès au complexe souterrain (au moins 1 × par heure, selon les informations en vigueur au guichet du musée). Un autre objet accessible est un objet léger vz.37, armé et mis à l'état de 1938. À la surface et aux alentours de la forteresse, les visiteurs seront guidés par un sentier pédagogique reliant Stachelberg à un blockhaus d'infanterie séparé TS 63 à Libè.

Routes d'accès


En bus depuis Trutnov ou Zacler (ligne 401), descendez à Babi-fort. De l'arrêt le long du sentier balisé, environ 300 m.

En voiture ou à vélo, le long de la route n ° 300 de Trutnov à Žacléř, le stationnement se fait à l'arrêt de bus situé au-dessus du village de Babí (à partir de Trutnov 10 km, de Žacléř 5 km).

Suivez le sentier touristique rouge (Le chemin des frères Čapek) de Trutnov en passant par la colline du château. Ou de l'autre côté du bourgeon de Pomezni via Albeřice et Rychory. Aujourd'hui, il est également possible de se rendre à la forteresse le long du sentier d'interprétation de Libé depuis le blockhaus d'infanterie TS 63. Le sentier est balisé et traverse des terrains moyennement difficiles, avec des cabanes en rondins d'infanterie construites en 8 et une dalle de fondation comprenant la forteresse de Stachelberg en construction. Pour chaque bâtiment, des panneaux d’information sont consacrés à la question des C. fortifications.

partage
S'il vous plaît, attendez...

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *